1. Comment est née l'idée du concours "Photo de ma ville » ?

Ce concours est né avant tout d’une volonté de décloisonner l’expression artistique, volonté qui est à l’origine de toute notre démarche. L’accès à la culture n’est pas assez facilité dans notre pays et beaucoup de disciplines artistiques fonctionnent en circuit fermé : pas assez de moyens, peu d’accompagnement, pas assez de galeries d’art, de théâtre ou de salles de cinéma. Peu d’artistes marocains peuvent prétendre vivre de leur art, et l’art en général n’est pas reconnu comme une vocation professionnelle. Nous sommes donc partis d’une question simple : « quelle action pourrait fédérer le maximum de monde, artistes et grand public, professionnels et amateurs, pour créer une dynamique qui fasse avancer davantage la scène artistique marocaine ? » La photo est apparu comme une évidence, tellement elle est aujourd’hui dans notre quotidien, notamment à travers la place qu’occupe le digital dans notre vie de tous les jours : grâce à nos smartphones, toujours plus performants, nous prenons tout en photo, et nous empressons de partager nos « oeuvres » sur Internet. Il nous fallait trouver ensuite un thème fédérateur : la ville, et l’amour que tout un chacun pour porter pour la sienne en particulier, nous est apparu alors comme une évidence. Surtout chez nous au Maroc ou l’identité locale est très forte.


2. Quelles sont nos attentes ?

L’ambition est double. Il s’agit avant tout de nous mobiliser, humblement mais avec conviction, en faveur de l’émulation d’une scène artistique diverse et, surtout, toujours plus active et prolifique. La culture est sans conteste un levier de développement fondamental, d’autant qu’elle favorise des valeurs essentielles au (bon) vivre ensemble : d’abord la créativité, ensuite le partage (car la création a vocation à être exposée), et enfin l’émotion qui peut naître de ce partage. La photo nous semble être un des arts les plus porteurs de ce point de vue, avec la musique. Notre voeu pieu est donc de participer activement à l’effort publique (et souvent insuffisant) en matière de développement artistique et culturel. Nous pensons également que l’art photographique est une opportunité pour le Maroc d’exister au niveau international, car le talent n’a pas de nationalité. Cette conviction est renforcée par la récente récompense attribuée au photographe marocain Youssef Boudlal, qui s’est vu remettre le 07 mars dernier à New York par Reuters le prix de la meilleure photographie de l’année 2014. Si une telle initiative pouvait ainsi révéler des talents, voire faire naître des vocations, nous aurons reçu pour notre part la meilleure des récompenses.


3. Pourquoi uniquement Tanger, Casablanca et Marrakech ?

« Ma Ville » se veut un concours artistique qui a pour but de stimuler le rayonnement artistique et culturel du royaume en favorisant au niveau local les échanges entre artistes, organismes culturels et acteurs du monde des Arts. La proximité est par conséquent pour nous un aspect essentiel. Nous avons donc approché plusieurs artistes, pour chaque ville, de diverses disciplines artistiques, pour qu'ils expriment leur vision de leur ville, et qu’ils la partagent avec le plus grand nombre. Tout cela prend du temps et demande une certaine organisation logistique car comme tout projet, cela demande des moyens. Nous avons donc décidé d’axer cette première édition sur trois villes emblématiques du Maroc (comme il y en a certainement d’autres d’ailleurs), et qui forment un axe traversant une bonne partie du pays. Mais dès l’année prochaine inchallah, nous étendons le concours à d’autres villes du Royaume, pour couvrir tout le territoire.


4. A qui s'adresse ce concours pour ne pas dire quel est le public cible de projet ?

Ce concours s’adresse en réalité à tout le monde, femmes et hommes, jeunes et mois jeunes, photographes amateurs et photographes en herbe… en somme, aux amoureux de l’image et pour qui la photo est un moyen d’expression. Mais ils visent aussi une population de personnes véritablement intéressées par la photo en tant qu’art. Beaucoup parmi elles pensent que l’outil fait l’artiste. Or ce n’est pas le cas, aussi facile d’utilisation soit cet outil. C’est encore plus emblématique pour la photo, qui est aujourd’hui accessible au plus grand nombre grâce à nos smartphones par exemple. Il est donc important de pouvoir multiplier les occasions pour des artistes en devenir d’échanger avec des artistes plus confirmés, qui peuvent ainsi partager leur expérience et expliquer comment il est nécessaire de maîtriser son art avant de donner libre court à son imagination. Il s’agit également de rencontrer des professionnels qui peuvent expliquer le fonctionnement du marché de l'art… en d’autres termes de bénéficier d’un environnement où s’échangent conseils, bonnes pratiques et mises en relation. Le concours récompense donc trois photos par ville, à raison d’un premier, deuxième et troisième prix, tous sélectionnés par un Jury composé de professionnels du monde culturel et d’artistes. Le grand public n’est pas en reste avec le prix des internautes, remis à la photo qui aura eu le plus de popularité. La remise des prix se déroulera au Palais Namascar à Marrakech, qui hébergera pendant un mois la sélection des photos et inaugurera une exposition itinérante qui voyagera à travers tout le maroc pendant six mois.

 

A propos du concours

“Ma Ville” est un concours photos ouvert à tous qui repose sur une idée simple : « VOUS AIMEZ VOTRE VILLE ? MONTREZ LA ! ». Pour sa 1ère édition, ce concours aura lieu simultanément dans 3 villes emblématiques du Maroc : Tanger, Casablanca et Marrakech. Pourquoi ces 3 villes uniquement ? Parce que « Ma Ville » se veut un concours artistique qui met en scène tous les photographes en herbe amoureux de leur ville face à une communauté artistique locale investie et impliquée dans cette initiative. Ce format de concours inédit a ainsi pour but de stimuler le rayonnement artistique et culturel du royaume en favorisant les échanges entre artistes, organismes... Lire la suite

UN ÉVÉNEMENT
Sur une idée ORIGINALE DE